Home

 
La mafia du 9/11

Exposer le réseau criminel sioniste

derrière le 9/11 et la "guerre au terrorisme"

Christopher Bollyn
7 December 2006

Photo: Global Technology Partners
William Perry, assis au centre.
John M. Deutch, centre, rangée du haut, vêtu d’un pull bleu, debout derrière William Perry 
Ashton B. Carter, première rangée, le premier à gauche
Il y a 65 ans aujourd’hui, les bombardiers japonais ont lancé une attaque surprise tôt le matin contre la flotte américaine à Pearl Harbor, tuant environ 2.400 marins et entraînant les Etats-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale. Le lendemain, le Président Franklin D. Roosevelt a appelé le 7 décembre 1941 « une date qui vivra dans l'infamie » alors qu’il demandait au congrès une déclaration de guerre contre le Japon. 

Le 11 septembre 2001 est une autre date qui vivra dans l'infamie. Comme l'attaque de Pearl Harbor, 9/11 était une attaque surprise pour la plupart des Américains - mais pas tous. 

Comme l'attaque japonaise sur la flotte américaine, le 9/11 fut un événement catastrophique et transformateur qui a entraîné les Etats-Unis dans la guerre - la prétendue « guerre au terrorisme ». 

À la différence de Pearl Harbor, cependant, le 9/11 n'a pas été commis par un ennemi facilement identifiable. En dépit des déclarations du Président George W. Bush et d’officiels de hauts niveaux du gouvernement, les preuves solides que les attaques terroristes catastrophiques du 9/11 ont été perpétrées par 19 Arabes armés de coupeurs de boîte n’ont toujours pas été vues.

En dépit des divers rapports et commissions commandités par le gouvernement au sujet des événements du 11 septembre 2001, les attaques et la destruction qu'elles ont causée n’ont toujours pas fait l’objet d’enquête. Le Federal Bureau of Investigation n'a pas fourni la preuve qu’il a ou devrait supporter la thèse défendue par le gouvernement à l’effet que 19 Arabes travaillant pour Al Qaida ont effectué ces attaques par eux-mêmes. 

À ce jour, le FBI n'a pas même fourni la preuve physique permettant d’identifier l'avion impliqué dans les attaques, bien qu'il doive nécessairement exister un nombre adéquat de pièces identifiables d'avion des quatre lieux d'écrasement pour pouvoir dire cela. Le FBI n'est clairement pas intéressé à prouver n'importe quoi environ 9/11 à la nation ou au public.
 

Qui est aux commandes ? 

Que se passe-t-il ? Pourquoi est-ce que la plupart des attaques catastrophiques de terreur dans l'histoire des États-Unis ne sont pas investiguées et pourquoi l'interprétation des attaques est-elle laissée aux médias et aux politiciens contrôlés ? Qui a la puissance de commander les médias, le gouvernement, et le FBI pour cacher la vérité au sujet de ce qui s'est vraiment produit le jour du 11 septembre ? 

Comprendre qui est vraiment derrière le 9/11 exige une recherche complète sur les acteurs principaux qui ont joué un rôle ou qui ont commandé la non-investigation et l’interprétation médiatique de l’attaque terroriste. 

Aujourd'hui, cinq ans et trois mois après le 9/11, nous pouvons jeter un regard sur les personnes qui ont joué ces rôles-clés. Ce que nous trouvons est un petit groupe de personnes liées au sein d’un réseau sioniste global, des individus reliés par des liens familiaux, ethniques, et d'affaires à un réseau organisé consacré à soutenir l'État de l'Israël et de son agenda. 

En exposant les membres de ce réseau sioniste et leur connexion au 9/11 et à la prétendue « guerre au terrorisme », nous pouvons identifier les architectes, les sous-traitants et les ouvriers en chef qui ont profité des attaques de terreur de fausse-bannière (false flag) du 11 septembre 2001.
 

LES ARCHITECTES

Peu de temps après le 9/11, j'ai parlé avec Eckehardt Werthebach, ancien président du service de renseignements domestique de l'Allemagne, le Verfassungsschutz. Il a dit que « la précision de mort » et « l'importance de la planification » derrière les attaques auraient eu besoin de plusieurs « années de la planification. » 

Une opération si sophistiquée, affirme Werthebach, exigerait « un cadre fixe » d'une organisation d'intelligence d'état, quelque chose qu’on en trouve pas dans « un groupe relâché » de terroristes comme celui prétendument mené par Mohamed Atta. 

Beaucoup de gens auraient été impliquées dans la planification d'une telle opération, soutient Werthebach. L'absence de fuite l'indique que les attaques étaient « des actions organisées par l’État », a-t-il dit. 

Andreas von Bülow, l'ancien parlementaire Allemand, a travaillé pour la commission qui surveille les trois branches du service de renseignement Allemand de 1969 à 1994. Von Bülow m'a dit en automne de 2001 qu’il croyait que le service secret israélien, le Mossad, était derrière les attaques terroristes du 9/11. Ces attaques, dit-il, ont été effectuées pour retourner l'opinion publique contre les Arabes et pour accroître les dépenses militaires et de sécurité. 

« Vous ne découvrirez pas les échelons plus élevés », a dit von Bülow, se rapportant « à la structure architecturale » qui dirige de telles attaques terroristes. À ce niveau, dit-il, l'organisation faisant la planification, telle que le Mossad, est principalement intéressée à affecter l'opinion publique. 

Dans une attaque classique de terrorisme de type « fausse-bannière » (false flag), les planificateurs de niveau architectural utiliseront des « pistolets de location » inconscients ou corrompus afin que le blâme soit jeté sur une cible désirée. Les terroristes qui se chargent du crime est ce que von Bülow appelle « le niveau des ouvriers », comme ces 19 Arabes qui ont prétendument détourné les avions du 11 septembre. « Le niveau des ouvriers fait partie de la déception, » a-t-il dit. 

« 95% du travail des agences de renseignement autour du monde est la déception et la désinformation », affirme von Bülow. La déception alors est largement propagée dans les médias traditionnels créant une version admise des événements. 

Les « journalistes ne soulèvent pas même les questions les plus simples », a-t-il dit. « Ceux qui diffèrent sont étiquetés comme fous. » 
 

« DES ANNÉES DE PLANIFICATION »

Les « années de la planification » auxquelles Eckehardt Werthebach référait sont évident pour n'importe qui qui a lu la vraie histoire du 9/11. Les plus petites attaques de terreur « fausse-bannière » qui ont précédé la terreur catastrophique du 9/11 étaient conçues instiller dans l'esprit du public la crainte d'une attaque massive aux États-Unis. 

Les bombardements également suspects et non-résolus du bâtiment fédéral dans la ville d'Oklahoma et de la première attaque au World Trade Center étaient destinées à préparer l'opinion publique pour « l'événement transformant » du 9/11. 

Au niveau académique, les architectes du 9/11 ont travaillé sur l'opinion publique des États-Unis depuis le milieu des années 80 pour préparer les élites politiques et des médias à une attaque catastrophique de terreur sur le sol américain, et au-delà de cela pour concentrer l’attention sur la manière dont les États-Unis devraient répondre à une telle attaque. 

Benjamin Netanyahu, l’ancien premier ministre d'Israël radical et éduqué-à-l’américaine, est probablement l'architecte le plus remarquable du terrorisme et de la prétendue « guerre au terrorisme ». Netanyahu, un Sioniste Jabotinskyiste du parti de droite du Likud, a publié un livre en 1986 intitulé « Terrorism : How The West Can Win » (Le Terrorisme : Comment l'Ouest peut gagner) dans lequel il présente avec précision le modèle de ce qui deviendra la « guerre au terrorisme » en Irak et en Afghanistan. Le livre de Netanyahu, et sa thèse sérieusement défectueuse et raciste, a été réécrite, réimprimée, et propagée ad nauseam. 

La thèse de Netanyahu est qu'Israël est attaqué par des « terroristes » seulement parce qu'il est « occidental et démocratique », comme des nations européennes et les États-Unis. Pour cette raison, Netanyahu indique que les Américains et les Européens doivent joindre le combat contre ceux qui sont opposés à l'État sioniste d'Israël. 

Dans la vision tordue que Netanyahu a du monde, les réclamations palestiniennes et les aspirations nationalistes n'ont aucun endroit ni mérite. Les Palestiniens et les Arabes sont simplement des « terroristes », dit-il, que l'Ouest doit combattre, comme nous le faisons maintenant. En lisant la presse contrôlée ou en écoutant les soi-disant experts des mass media étasuniens, il est clair qu'ils ont été les principaux agents de propagande sioniste qui devraient être jugés responsables d’avoir entraîné les Etats-Unis dans des guerres coûteuses et désastreuses contre les ennemis d'Israël. .
 

« TERRORISME CATASTROPHIQUE »

Il y a d'autres agents, bon nombre d'entre eux Américains haut placés, qui ont clairement et spécifiquement promu l’agenda que nous appelons la « guerre au terrorisme » en réponse à une attaque catastrophique de terreur - longtemps avant le 9/11. 

Trois hommes ont écrit un article en 1998 dans Foreign Affairs, la publication bimensuelle du Council on Foreign Relations (CFR), dans lequel ils ont présenté quels changements devraient être effectués dans le gouvernement étasunien à la lumière du « terrorisme catastrophique », qui est également le titre de l'article. 

L'article « Catastrophic Terrorism » (Terrorisme catastrophique), écrit par Ashton B. Carter, John M. Deutch, et Philip D. Zelikow, est paru dans le dernier numéro de 1998 de Foreign Affairs. Il commence par le sous-titre étrange « imaginer l'événement de transformation », comme si ce qui était vraiment désiré par les auteurs était une transformation du gouvernement des États-Unis et de la manière dont les Américains vivent. Les auteurs de l'article, comme Netanyahu, ne mentionnent même pas les causes politiques du terrorisme. Comprendre les causes du terrorisme dans un effort pour l'empêcher ne leur vient même pas à l’esprit. Et non : ces trois architectes sont occupés à « imaginer l'événement de transformation » - et comment répondre à celui-ci. 

Cet article est clairement un document de niveau architectural. Il est censé expliquer ce qui devrait être fait en cas d'attaque catastrophique de terreur tel qu’« imaginé » par ses auteurs. Pour cette raison, les auteurs méritent d'être étudiés pour voir quel genre de rapport ils pourraient avoir avec ceux qui ont exécuté les attaques terroristes « fausse-bannière » du 9/11.
 

« COMME PEARL HARBOR » 

« Le terrorisme catastrophique est passé d'une horreur irréaliste à une éventualité qui pourrait se produire le mois prochain », avertit l'essai. « Bien que les États-Unis prennent toujours le terrorisme conventionnel sérieusement… ils ne sont pas encore préparés pour la nouvelle menace du terrorisme catastrophique.

Les bombardements en Afrique de l'Est ont tué des centaines. Une attaque réussie avec des armes de destruction de masse a pu certainement détruire des milliers ou des dizaines de milliers de vies. Si l’engin explosif qui a éclaté dans 1993 sous le World Trade Center avait été nucléaire, ou avait efficacement disséminé un microbe pathogène mortel, l'horreur et le chaos résultants auraient excédé notre capacité à le décrire. 

Un tel acte de terrorisme catastrophique serait un événement de ligne de partage dans l'histoire américaine. Il pourrait impliquer la perte de la vie et de propriété sans précédent en  temps de paix et miner le sens fondamental de sécurité de l'Amérique, comme l’a été l'essai atomique soviétique en 1949. Comme Pearl Harbor, cet événement diviserait notre passé et futur en un avant et un après. 

Les États-Unis pourraient répondre avec des mesures draconiennes, érodant les libertés civiles, permettant une surveillance plus large des citoyens, une détention des suspects et une utilisation de la force mortelle. Plus de violence pourrait suivre, que ce soient d’autres attaques terroristes ou des contre-attaques des États-Unis. Après coup, les Américains jugeraient leurs chefs négligents de ne pas avoir posé la question du terrorisme plus instamment. 


Avec une précognition étonnante, les auteurs avaient raison au sujet de chacune des huit choses qu'ils disaient « pouvoir » se produire en raison d'une attaque de « terrorisme catastrophique » comme Pearl Harbor. 

Les auteurs continuent en recommandant spécifiquement ce que le gouvernement des États-Unis devrait faire à la suite d'un tel événement de « terrorisme catastrophique », qu'ils considèrent comme « une menace éminente. » 
 

•  le gouvernement des États-Unis devrait avoir l'autorité pour surveiller n'importe quel groupe et ses commanditaires étatiques potentiels qui pourraient avoir le motif et les moyens d'utiliser des armes de destruction massive;

• les États-Unis ont besoin d'une nouvelle institution pour recueillir le renseignement sur le terrorisme catastrophique - un Centre national de renseignement sur le terrorisme - qui rassemblerait et analyserait l'information de sorte qu’il puisse sonner l’alarme sur les suspects d’actes de terreur catastrophique avant que ceux-ci se produisent;

• Washington doit maintenant travailler avec d'autres pays pour prolonger les prohibitions contre le développement ou la possession des armes de la destruction massive ;

• Les normes internationales devraient s'adapter de telle sorte que les États soient obligés de rassurer les autres États qui sont inquiets et de prendre des mesures raisonnables pour prouver qu’ils ne développent pas secrètement des armes de destruction massive. L’incapacité d'assurer une telle preuve ou de poursuivre les criminels vivant sur leur territoire devrait autoriser des nations inquiètes à prendre toutes les mesures nécessaires pour leur autodéfense;

• Les États-Unis devraient aspirer comme objectif à long terme d’identifier chaque personne et tout le fret entrant dans le pays;

• Les États-Unis devraient soutenir un système pour s'assurer que les passeports de chaque pays sont lisibles électroniquement, et que la station de contrôle du passeport de chaque pays soit liée à une base de données.


Dans le même numéro de Foreign Affairs dans lequel figure l'essai prémonitoire sur le « terrorisme catastrophique », un autre essai porte sur le « permis de tuer » (« License to Kill ») de Oussama Ben Laden, par Bernard Lewis, le cerveau du sionisme britannique académique. Après la lecture de l'article de Lewis, dans lequel il dit qu'Oussama Ben Laden appelle les musulmans « à tuer les Américains et à piller leurs possessions là où ils les trouvent et chaque fois qu'ils le peuvent », il ne peut y avoir aucun doute qui devrait être le suspect principal derrière n'importe quel événement de « terrorisme catastrophique. »

Alors, qui sont les auteurs de cet article si prescient de la façon dont les États-Unis devraient répondre à un acte de « terrorisme catastrophique »?
 

ASHTON B. CARTER 

Ashton B. Carter est Professeur de Sciences et d’Affaires Internationales de la Ford Foundation à la Harvard University’s John F. Kennedy School of Government et un ancien assistant-secrétaire à la Défense. L'essai de 1998 qu'il a co-écrit avec Deutch et Zelikow a été édité dans un livre qu’il a écrit avec William Perry intitulé « Preventive Defense: An American Security Strategy for the 21st Century » (La défense préventive : Une stratégie américaine de sécurité pour le 21ème siècle).

Carter est également membre du comité directeur pour MITRE, où il a été administrateur de 1988 à 1993. MITRE Corp. est une organisation importante de contractants pour la Défense basée à Bedford, au Massachusetts, qui est dirigée par l'ancien Director of Central Intelligence (DCI), Dr. James Rodney Schlesinger. Les systèmes cruciaux de communication, de commande et de système de contrôle de MITRE ont clairement échoués lors des attentats du 9/11, un fait qui mérite d'être étudié.

Voir : Bollyn-MITRE.html
 

De 2001 à 2002, Carter travaillé pour la National Academy of Sciences Committee on Science and Technology for Countering Terrorism et conseillé dans la création du Department of Homeland Security (Département de la sécurité intérieure). 

Carter est également un associé principal d’une compagnie appelée Global Technology Partners, LLC (GTP), dont William J. Perry est le Président. John Mark Deutch, ancien Director of Central Intelligence et co-auteur de l'article, est également un associé principal dans GTP.
 

FILIALE DE ROTHSCHILD

Qu’est-ce que GTP ? Global Technology Partners, LLC (GTP) est « une filiale exclusive de Rothschild Amérique du Nord, formée pour faire des acquisitions et des investissements de technologie, de défense et de compagnies connexes à l’aérospatial», selon un portrait biographique d'un des associés principaux de la société, Paul G. Kaminski. 

Ailleurs elle est décrite comme « boutique de banque d'affaires aérospatiales et de défense affiliée au groupe de Rothschild » ou « une firme de services professionnels associée au Groupe Rothschild d’investissements bancaires. » 

Ainsi Ashton B. Carter, John M. Deutch, William J. Perry, et les autres employés de GTP travaillent pour et avec la famille de Rothschild, les financiers Juifs des gouvernements et les fondateurs de l'État d'Israël.
 

JOHN MARK DEUTCH

Cela explique comment Deutch, qui est né en Belgique, et son père, qui est né en Russie et qui est seulement venu aux États-Unis en 1940, ont pu gravir si rapidement les échelons de la structure de pouvoir de Washington. 

Le père de Deutch, Michael J. Deutch, est né à Smolensk, en Russie, en 1907. La famille de Deutch est venue aux États-Unis en 1940, où Michael est rapidement devenu directeur adjoint au War Production Board (conseil de production de guerre), responsable du caoutchouc synthétique. 

Un article du 27 décembre 1946 du Chicago Tribune portant sur la « liste des règles étrangères aux États-Unis » a énuméré certains des étrangers nommés dans un rapport secret de 71 pages qui avaient reçu des postes élevés au gouvernement en temps de guerre. Michael J. Deutch était l'un d'entre eux.  « La correspondance passant entre le Secrétaire de l'Intérieur et le Bureau de la mobilisation de guerre (Office of War Mobilisation) indiquent que Deutch a été promu en haut de l'échelle avec une vigueur peu commune par on ne sait qui » dit le rapport secret du comité de Chambre des activités « anti-Américaines » (Un-American). 

Michael Deutch est un Juif Russe dont la famille s'est supposément « sauvée de la révolution de bolchevique pour se réfugier en Belgique ». En Belgique, où il a étudié le génie chimique, il a épousé Rachel Fischer, la fille de Jean « Yonah » Fischer, un vendeur de diamant d'Anvers qui a dirigé la fédération sioniste de Belgique. Cette connexion pourrait expliquer pourquoi Deutch a été promu si rapidement quand il est arrivé à Washington. 

Le grand-père maternel de John Deutch, Yonah Fischer, était un Sioniste et un ami proche du premier président d'Israël, Chaim Weizmann. Fischer était un Sioniste de très haut niveau dans le réseau politique-militaire international centré à Londres. Yonah a eu des arrangements étendus d'affaires en Palestine/Israël et a même établi une ville baptisée en son nom - Kefar Yonah. 

John Deutch a été directeur de Citigroup et de Citibank depuis 1987. Il est également professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT).
 

PHILIP D. ZELIKOW

Philip David Zelikow est impliqué partout dans le 9/11, ses conséquences et les guerres qui ont suivi au Moyen-Orient. Trois ans après l'avertissement du « terrorisme catastrophique », Zelikow est devenu directeur exécutif de la Commission du 11 septembre, l’entreprise de blanchiment du gouvernement qui a systématiquement évité de questionner et d’évaluer les principales preuves des attaques terroristes de 9/11. 

Zelikow, de Houston, a fait partie de l'équipe de transition du Président George W. Bush en 2001. Après que Bush ait été élu, Zelikow a été nommé au President's Foreign Intelligence Advisory Board, et a travaillé au National Commission on Federal Election Reform, qui a produit l’extrêmement douteux Help America Vote Act de 2002. 

Zelikow a été un officier de service diplomatique de carrière outre-mer et a servi au Conseil de sécurité nationale. Plus récemment, Zelikow a été membre du groupe d'étude de l'Irak, qui a feint d’étudier ce désastre honteux qu’est la guerre en Irak, une guerre illégale et mal renseignée pour laquelle les Néo-Cons Juifs Sionistes, les médias contrôlés et l'administration de Bush ont tant milité.

Zelikow, le fils d'un tailleur immigré Juif Russe, est très près du secrétaire d'État Condoleezza Rice. Il peut être vu comme son maître-manipulateur juridique et sioniste. Zelikow a joint le Conseil de sécurité nationale dans l'administration de George H.W. Bush, en même temps que Condoleezza Rice. Tout récemment Zelikow a démissionné comme conseiller du US Department of State où il a servi comme conseiller politique senior du Secrétaire d’État.