Home

 
Les Israéliens ont les clés de la NSA 

Les Réseaux Informatiques du gouvernement et de l’armée américaine utilisent des logiciels de « Sécurité » Israéliens

par Christopher Bollyn
15 juin 2006


Les réseaux informatiques et de transmission les plus critiques utilisés par le gouvernement et les militaires Américains sont sécurisés par le logiciel d’encodage conçu par un « décodeur » Israélien attaché à un établissement scientifique géré par l'Etat israélien.
Photo: Amit Yoran, le "Tsar de la CyberSécurité" Israélien nommé par le Président George W. Bush en 2003. Yoran a détenu différents postes depuis les années 1990 pour lesquels il a supervisé la sécurité des électronique des ordinateurs du Département de la Défense.

Bien que lui et son frère aient censément grandi à Pound Ridge, New York dans les années 70 et 80, les dirigeants de la communauté juive ont dit à l’AFP qu'ils n'avaient jamais entendu parler de lui. L’une des dirigeante a dit qu'elle avait  recensé les Juifs vivant du petit village de Pound Ridge dans les années 70 et elle s’en serait rappelé si une famille Israélienne riche appelée Yoran y avaient été trouvée.

Pourquoi les gens de Pound Ridge ne rappelent-ils pas des Yoran?

Probablement parce qu'ils n’habitaient PAS à Pound Ridge - mais en Israël. L'adresse de Pound Ridge été employée pour donner l'aspect que les Yoran étaient des Américains. J'ai parlé avec Elad et il a un accent israélien distinctif - pas ce que vous attendriez pour un type qui a grandi dans un village snob de Yankee. 

Alors qui sont les Yoran? Qui sont leurs parents et pourquoi sont-ils venus aux États-Unis? Pour élever des taupes de haut niveau pour infiltrer les réseaux informatiques les plus sensibles des États-Unis? Comment pourraient ils avoir vécu pendant 20 années à Pound Ridge et qu’on ne se rappelle PAS d’eux.

L'agence de sécurité nationale (NSA), l'agence d'intelligence des États-Unis qui a pour mandat de protéger le gouvernement et les réseaux informatiques militaires et de sécuriser les communications pour toutes les branches du gouvernement des Etats-Unis utilise un logiciel de sécurité écrit par le décodeur Israélien dont le siège social est situé à l'institut de Weizmann en Israël.

A. Bedford, une compagnie du Massachusetts appelée la RSA Security, Inc. a publié un communiqué de presse le 28 mars 2006 qui révèle que la NSA utiliserait son logiciel de sécurité : 
"U.S. Department of Defense Agency Selects RSA Security Encryption Software" (« Le département américain de la défense choisit le logiciel de chiffrage de sécurité du RSA ») était le titre du communiqué de presse de la compagnie qui a annoncé que l'agence de sécurité nationale (NSA) avait choisi d’utiliser son logiciel de chiffrage dans le projet classifié des communications de l'agence. »

RSA représente les noms des fondateurs de la compagnie : Ronald L. Rivest, Adi Shamir, et Leonard M. Adleman. Adi Shamir, chef de file des théoriciens, est un citoyen Israélien et un professeur au Weizmann Institute, un établissement scientifique attaché à l'establishment israélien de la défense.

« Mon domaine de recherche principal est cryptographie - coder et déchiffrer des codes », indique la page Web de Shamir au Weizmann Institute. « Elle est motivée par la croissance explosive des réseaux informatiques et de communication sans fil. Sans protection cryptographique, l'information confidentielle peut être exposée aux oreilles indiscrètes, être modifiée par des intrus, ou être forgée par des criminels ».

Le NSA/Central Security Service se définit comme l'organisation cryptologique de l'Amérique, qui « coordonne, dirige et exécute des activités hautement spécialisées pour protéger des systèmes d'information du gouvernement des États-Unis et produire l'information de signaux de renseignement étrangers ».

Le fait que l'agence fédérale de renseignement responsable de protéger les systèmes informatiques et les réseaux de transmissions les plus critiques employés par toutes les branches du gouvernement et des militaires des États-Unis emploie le logiciel Israélien de chiffrage n’est d’aucune surprise. Le communiqué de presse de RSA est juste le glaçage sur le gâteau ; les clefs des réseaux informatiques les plus critiques aux États-Unis ont été longtemps tenues dans des mains israéliennes.

AFP s'est enquis avec la NSA au sujet de son utilisation du logiciel Israélien de sécurité pour des projets classifiés de communications et a demandé pourquoi une telle source extérieure n'a pas été vue comme une menace de sécurité nationale. Pourquoi « l'organisation cryptologique de l'Amérique » emploie-t-elle des codes de chiffrage israéliens? 

Le porte parole de la NSA White a di que l’agence « étudierait » la question et répondrait la prochaine suivante. 
L’American Free Press a précédemment indiqué qu'une masse de compagnies de « logiciel de sécurité » - engendrées et financées par Mossad, l'agence israélienne d'intelligence militaire - a proliféré aux États-Unis. Les produits de logiciel de « sécurité » de beaucoup de ces compagnies Israéliennes à courte vie ont été intégrés dans les produits informatiques qui sont fournis au gouvernement des États-Unis par des fournisseurs tels qu'Unisys.

Unisys a intégré le logiciel israélien de sécurité, créé par la compagnie israélienne Check Point Software Technologies and Eurekify, dans son propre logiciel, de sorte que le logiciel israélien, programmé par les compagnies liées au Mossad, assure maintenant la « sécurité » des ordinateurs les plus sensibles du gouvernement américain et dans le secteur commercial.

La plupart des firmes de sécurité informatiques créées par le Mossad ont typiquement un bureau principal aux États-Unis tandis que leur recherche et développement est faite en Israël. Les sociétés de démarrage du Mossad ont habituellement une vie très courte avant d’être acquises pour des sommes exagérées d'argent par une plus grande compagnie, enrichissant leurs propriétaires Israéliens dans le processus et intégrant les directeurs Israéliens et leur logiciel du Mossad dans la maison-mère.

RSA, par exemple, une vieille compagnie de logiciel de sécurité, a acquis la compagnie israélienne de logiciel de sécurité, appelée Cyota, à la fin de 2005 pour $145 millions.

En janvier 2005, Cyota, « le principal fournisseur de sécurité en ligne et de solution antifraude pour les institutions financières » avaient annoncé que « l’expert de la sécurité » Amit Yoran, avait joint le conseil d'administration de la compagnie. Avant de devenir un directeur chez Cyota, Yoran, l’Israélien de 34 ans a été le « Tsar de la CyberSécurité », dans son rôle de directeur de la Division Nationale de CyberSécurité du Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security).

Yoran avait été nommé « Cyber Tsar » à l’âge de 32 ans par le Président George W. Bush en septembre 2003. 
Avant de joindre le DHS, Yoran a été vice-président pour des services de sécurité à la grandeur de la planète chez Symantec. Avant cela, il a été le fondateur, le président et le PDG de Riptech, Inc., une firme de gestion de sécurité de l’information et de la surveillance, que Symantec a acquise en 2002 pour $145 millions.

Yoran et son frère Naftali Elad Yoran sont des diplômés de l'académie militaire américaine de Westpoint. Elad a reçu un diplôme en 1991 et Amit en 1993. Avec leur frère Dov, les frères de Yoran sont les principaux acteurs sur le marché du logiciel de sécurité. Amit a également tenu des positions critiques au gouvernement des États-Unis surveillant le degré de sécurité des ordinateurs pour les mêmes systèmes qui ont apparemment échoué le 11 septembre 2001. .

Avant de fonder Riptech en 1998, Yoran a dirigé le programme d’évaluation de la vulnérabilité au sein du Computer Emergency Response Team au département américain de la Défense. Yoran a précédemment servi comme dirigeant dans l'Armée de l'Air des États-Unis en tant que directeur des programmes de vulnérabilité pour le Computer Emergency Response Team du département de la Défense et à l'appui du secrétaire auxiliaire du Bureau de la défense.

En juin 2005, Yoran a joint le conseil d'administration de Guardium, Inc., un autre « fournisseur de solutions de sécurité de base de données » créé par le Mossad, centralisé à Waltham, au Massachusetts.

Guardium est lié à Ptech, une compagnie de sécurité d’ordinateurs de pointe liée au 9/11.

Ptech, une compagnie de logiciel d'ordinateur de Quincy, Massachusetts, était censément une petite compagnie de démarrage fondée par un Musulman libanais et financée par un millionnaire saoudien. Pourtant les clients de Ptech incluent toutes les principales agences gouvernementales fédérales, y compris la U.S. Army, la U.S. Air Force, la U.S. Naval Air Command, le Congrès, le Départment de l’Energie, la Federal Aviation Administration, la Internal Revenue Service, l’OTAN, le Federal Bureau of Investigation, les Services Secrets and même la Maison Blanche.

Le directeur de vente chez Ptech, Inc. quand la compagnie a commencé au milieu des années 90, cependant, n'était pas un Musulman ni un Arabe, mais un avocat Juif Américain a appelé Michael S. Goff qui avait soudainement fermé son cabinet juridique pour aucune raison apparente et joint la compagnie de démarrage Arabe.

Michael S. Goff 

Goff était le directeur de la compagnie de gestion de systèmes d'information et avait géré d'une seule main le marketing de la compagnie et « toute procuration » de logiciel, de systèmes et de périphériques. Il a également formé les employés. Goff était évidemment la personne principale chez Ptech.

À la suite de 9/11, pendant les audiences de la Commission des Citoyens à New York, Indira Singh, un conseiller qui avait travaillé au Defense Advanced Research Project, montrait que Ptech et MITRE Corp. étaient impliqués dans les « questions d'interopérabilité » des ordinateurs entre le FAA et le NORAD. Les liens de Ptech avec les Arabes étaient au centre de l’attention, et Goff en était exclu.

« Ptech était avec MITRE Corporation dans le sous-sol du FAA pendant les deux ans avant le 9/11 », a dit Singh. « Leur travail spécifique est de s’occuper des questions d'interopérabilité que le FAA a eues avec le NORAD et l'Armée de l'Air dans un cas d'urgence. Si quelqu’un était en mesure de savoir que le FAA - qu'il y avait une ouverture de possibilité ou pour insérer le logiciel ou pour changer quoi que ce soit - c'aurait été Ptech avec MITRE ».

La compagnie du Mossad Guardium est liée avec Ptech via Goff Communications, firme de relations publiques établie à The Holliston, Massachusetts, autrefois dirigée par Michael S. Goff et son épouse Marcia, qui représentent Guardium. Depuis qu’il a été exposé par l’AFP en 2005, cependant, le nom de Michael n'apparaît plus sur le site Web de compagnie.